Travaux artistiques d'IanE Sirota

Fin de cycle spatio-temporel

L’année 2019 finissant, c’est le moment de regarder le calendrier des événements qui l’ont ponctuée. Leur nombre, leur variété et l’ampleur du travail pour leur préparation m’impressionne au regard des grands changements amorcés dans le même temps.

La recherche de la prochaine adresse de mon atelier comme de mon foyer a commencé à l’automne 2018. Avant de la trouver le printemps venu, c’est mon centre de gravité qui a déménagé et je n’ai pas fini de sentir mes articulations se réarranger dans ce nouveau contexte. Mon atelier risque de rester en chantier au moins autant de temps que ma posture. Ses plans ont encore connu deux modifications importantes ce mois-ci, outre le travail plus matériel qui s’est poursuivi :Le déroulement à venir du chantier ne s’est pas nettement éclairé, reste à croiser les doigts pour que cela se décante dans les semaines qui viennent. Malgré les enjeux, j’aborde cela avec une sérénité que je ne parviens pas à ressentir comme étrange bien qu’elle ait quelque chose de déplacé, ou du moins d’inédit dans mon parcours de vie. Un autre conquis bien agréable est le calme au regard d’un autre aspect du calendrier qui ne s’emplit pas, ne se confirme pas. Car dans l’attente de savoir quand je vais pouvoir transférer mon matériel et mon stock d’un lieu à l’autre, aucune candidature n’a été émise pour exposer en 2020. L’an passé, alors que j’étais en paix avec le temps que j’allais prendre/me donner pour la convalescence, je m’étais senti obligéE de bien remplir l’agenda autour de la période concernée, comme en témoigne la compilation des affiches en début d’article. Je me sens autoriséE à me reposer de 2019. Et si j’ai essayé de me connecter sur le site de l’URSSAF dédiés aux artistes-auteurices (en savoir plus sur les ratés de la transition de la Maison des Artistes/AGESSA vers les services plus ou moins limousins), cette tentative et le présent billet sont pour ainsi dire mes seules entorses au mouvement :

Vive la sécurité sociale ! Et donc toutes les formes de salaire différé, la retraite et le chômage, entre autres.

"Ne parlez pas d'acquis sociaux, parlez de conquis sociaux, parce que le patronat ne désarme jamais." Ambroise Croizat"S'il y a des miséreux dans la société, des gens sans asile, sans vêtements et sans pain, c'est que la société dans laquelle nous vivons est mal organisée. On ne peut admettre qu'il y ait encore des gens qui crèvent la faim quand d'autres ont des millions à dépenser en turpitudes. C'est cette pensée qui me révolte !" Louise Michel

Maintenant que le minimum de propagande est fait, pour les dernières heures de 2019 et au-delà, quelques nouvelles images ont été ajoutées à la rubrique Reflets :

Bon réveillon, prenez soin de vous !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.