Travaux artistiques d'IanE Sirota

Week-end à Rome

Avant de prendre la route vers l’Italie, j’ai eu la chance d’assister à une avant première d’Ouvrir la voix en présence d’Amandine Gay. Après avoir soutenu le film lors de la campagne de sociofinancement et cliqué avec avidité sur tous les liens vers les scènes coupées qui ne font pas partie du long métrage, le découvrir enfin était très émouvant.

Je suis d’autant plus attachéE à soutenir le film et participer au bras de fer (nom de la boîte de distribution montée pour diffuser le film) que malgré une belle couverture presse, des journalistes ont fait montre de toute leur condescendance à l’égard de la réalisatrice.

L’autre symptôme douloureux du moment, en terme de place des femmes noires dans la production cinématographique, est la sortie sur Netflix d’un documentaire autour de Marsha P. Johnson. J’avais vu cet événement annoncé il y a quelques temps et avais fait le lien avec un projet dont j’avais vu la prometteuse bande annonce il y a quelque deux ans. Malheureusement, les deux films n’ont rien et tout avoir l’un avec l’autre. Le réalisateur qui a trouvé fonds et distribution d’ampleur a utilisé les recherches et les arguments de l’équipe à l’origine d’Happy birthday, Marsha ! pour son propre compte sans aucun égard pour celles qui avaient fourni le travail de fond. Pour en savoir plus long en anglais, vous pouvez lire Reina Gossett sur Instagram.

D’où aussi mon attachement aux manifestations et festivals mettant en lumière des créateurices et des sujets qui me touchent. Queer Infection Lab, à Rome, a été une expérience ressourçante, et j’en suis très reconnaissantE aux organisatrices, comme aux artistes et participantEs que j’ai pu rencontrer. Je reste émuE des choses vues et des mots échangés. J’espère fort avoir de nouvelles occasions de croiser les unes ou les autres.

Malgré les difficultés liées à l’hydrométrie du lieu (il faisait tellement humide que la sculpture refusait de sécher) et à l’affluence (des visiteureuses étourdies ont malmené la sculpture en cours à diverses reprises), j’ai eu l’occasion de m’essayer à l’usage d’un nouveau type de papier, lui aussi issu de la récupération, et déjà recyclé. Il est plus difficile à travailler dans mes modalités habituelles. Après ce premier essai, j’ai une idée de comment le rendre plus coopérant. Je suis très intéresséE par le rendu, plus proche de la peau, au moins en terme de couleur.

Photos : Nolwen Terrien

J’avais emmené Fistouche avec moi pour gagner du temps dans la confection de cette nouvelle pièce qui n’est pas loin d’en être une reproduction à l’échelle 1. Pour m’adapter au lieu et pour la sécurité de la pièce, unE des deux personnages est devenue gauchèrE, et c’est très bien comme ça.

Malgré les contretemps, j’ai bien profité du festival. J’ai participé à plusieurs ateliers et assisté à de nombreuses performances et projections. N’abandonnant pas mes Ninouches en cours le cœur léger, j’ai tenu à achever leurs vulves avant de partir pour l’autre lieu où se tenaient une partie des activités. Je les ai laisser sécher, cuisses ouvertes sur leurs lèvres et clitoris de papier, j’essayais de me concentrer sur combien je trouvais ça drôle pendant que je découvrais que le deuxième atelier de l’après-midi durait trois heures et pas deux…

On a même pris le temps de se promener dans la ville millénaire avant que le festival n’ouvre. Je n’ai pas encore eu le temps de traiter les photos, mais compte tenu de mes souvenirs, je vous livre ce que j’avais déjà sous le coude dans la catégorie Grilles en provenance de Carthage, Sidi Bou Saïd, Le Palais, et Tournai :

Les prochaines semaines seront moins denses en déplacements, je reprends ma campagne de candidatures pour étoffer mon planning d’expositions. Cela a déjà porté quelques fruits puisque Corpays sera accroché à la médiathèque de Bédarieux fin novembre et à Paris début 2018.

Bonne quinzaine, prenez soin de vous !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.