Travaux artistiques d'IanE Sirota

Pas encore en vacances

Il y a une semaine, l’accrochage battait son plein à l’Espace d’Art Contemporain de Bédarieux. Je n’ai commencé à m’installer que lorsque touTEs mes camarades ont trouvé leur place. Aussi parce que le séchage de ma grande pièce et de la peinture de mes socles le réclamaient. J’ai en effet passé la deuxième couche de blanc vers 1h du matin dans la nuit de dimanche à lundi. Ayant pris froid, et peu dormi, ce fut laborieux. Je manquais de concentration, je ne cessais d’oublier ce que j’étais en train de faire… Pour ne pas retarder la fermeture à 18h, je me suis résoluE à achever ma mise en place mardi matin. Je n’étais pas prévenuE, mais 2 classes sont venu visiter l’expo en cette première demi-journée d’ouverture de l’exposition. J’ai accueilli les élèves dans ma tenue de chantier et n’ai pu m’occuper des activité correspondant à mes vêtement que l’après-midi venue. Voici de quoi cela avait l’air après tous ces rebondissements :

dsc03375

Chacune des petites Ninouches est présentée avec deux cartels, par exemple :

La photo de l’installation des œuvres permet d’apercevoir le texte posé sur le support de la plus grande :

texte

Jeudi 15 a eu lieu le vernissage. J’ai craint par moments dans la journée ne plus avoir de voix pour faire le discours le soir venu. La crainte s’est envolée lorsqu’une collègue m’a rappelé combien nous étions mieux accueilliEs cette année et que nous aurions donc droit à un micro. Me voici donc au pupitre près de l’adjoint au maire chargé de la culture en train de présenter les exposantEs :

discoursSur cette photo, on ne voit pas Tatiana Rozenblat qui a animé un atelier vendredi 16. Le fruit du travail collectif a séché tout le week-end, j’ai hâte de le décoller de son support pour l’exposer !

Vendredi 16 a encore été une journée chargée entre cet atelier et la préparation de la soirée littéraire où j’exposais mes séries de photos fonctionnant avec du texte.

glassagec

Ici, l’installation de Glassage, floue car prise avec mon téléphone entre deux quintes de toux.

L’Eaufant était présentée non loin en portfolio. Les photos ont donc été extirpées des cadres dans lesquelles elles avaient été présentées il y a bientôt 6 ans. Une grosse vingtaine de cadres maintenant disponibles pour faire de nouvelles pièces d’ici le mois de juillet. D’ici là, il me faut aussi avancer sur mon livre puisque l’auditorium du centre Ulysse (où se déroulera mon exposition estivale) a été réservé pour une soirée (à une autre date que celle du vernissage). Le projet étant qu’on puisse présenter l’ouvrage à cette occasion, il me faut achever mon tapuscrit d’ici le début février. Je regarde cette date plus tranquillement depuis hier puisque je suis parvenu à reprendre le travail sur le texte après plusieurs semaines de blocage.

Jeudi 22, ce sera mon tour d’animer l’exposition Mouvement. Je commencerai une nouvelle sculpture sur place, à l’échelle 1/2, inspirée de celle-ci :

DSCF2142Les nouvelles images ajoutées cette fois-ci sont à retrouver à la rubriques Reflets :

Bonne quinzaine, prenez soin de vous !

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.