Travaux artistiques d'Ariane Sirota

DécadréE

Petit retour sur ma semaine, enfin, les jours où il ne pleuvait pas trop fort :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Quoi, vous ne voyez pas la différence entre la première et la deuxième ? Sur la deuxième, les morceaux tiennent ensemble !

Ainsi, après un lundi où je suis restéE au sec, une journée passée à choisir, déplacer et agencer les morceaux, un mercredi à éviter la pluie en restant chez moi, et le jour suivant à les assembler à plat, vendredi, j’étais prêtE pour l’érection. J’avais besoin de quelques bras supplémentaires pour cela et comme nous avons commencé par déplacer la pièce (pour qu’elle soit dressée à l’emplacement choisi au départ et pas celui demandé par le site qui a finalement accepté ma requête d’autant plus motivée qu’avec l’arrivée de la chaleur j’ai découvert un jeune nid de guêpes sur là où j’avais commencé mon montage).

L’assemblage ayant été fragilisé par cette manutention, j’ai passé quelques heures à le réparer/consolider tout en regrettant de ne pouvoir en rester à des liaisons légères, sans bien comprendre ce qui me chiffonnait là-dedans. Vendredi soir, nous en étions donc là :

DSCF6729

Enfin, là :

DSCF6730J’étais à court de matériel et épuiséE, je suis rentréE en m’attendant à devoir y revenir le lendemain alors que j’avais d’autres obligations. Je suis passéE par des moments de découragement. Le soutien des autres artistes et organisateurs venus donner la main pour l’assemblage final a été d’un grand secours. Et tout à la fois, je me sentais assez gênée de recourir à leur aide. Il y a longtemps que je sais qu’il m’est difficile de demander de l’aide, il n’y avait pas que cela.

J’ai entendu l’orage et le vent dans la soirée… Bref, je m’attendais à ce qu’elle ne passe pas la nuit. Je suis donc alléE acheter le matériel complémentaire dès le matin, me rendant à l’assemblé générale de Radio Pays d’Hérault avec tout mon matériel dans le coffre. Et j’ai quitté précipitamment cette compagnie quand on m’a en effet annoncé qu’elle s’était pliée sur elle-même.

Je m’en doutais tellement qu’une branche de rechange était déjà prête. J’avais renoncé à l’installer parce que fatiguéE, et aussi parce que j’avais compris que je tenais à la fragilité de la structure. Au fond, j’avais envie qu’elle soit brisée. Même si j’ai pu verbaliser cela auprès de l’organisatrice, je me suis tenuE au croquis envoyé quand j’ai postulé.

Voici quelques images de la promenade inaugurale :

Merci à Sylvie qui m’a capturéE en pleine explication, je l’ai captéE en retour alors qu’elle avait déjà trouvé d’autres sujets à photographier.

Nous verrons bien si la vigne sauvage renforce la structure avant qu’un plus gros orage ait raison de mes renforts. Le sentier artistique est ainsi programmé pour durer jusqu’à l’automne.

Et maintenant, plus que 3 jours avant de partir pour Amsterdam et Queeristan. J’y emmènerai les Embranouches déjà vues à Roujan, je n’aurai pas le temps d’achever le nouveau couple en cours d’ici le départ.

Bonne semaine !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s