Travaux artistiques d'IanE Sirota

Cuite

Je vous épargne la photo de mes coups de soleil, après tout, ce n’est pas qu’à ce titre que j’ai choisi celui-ci. Je vous donne en revanche un aperçu de la luminosité en cause :

DSCF5502C’était donc le premier dimanche de La Garonne Expose. Compte tenu des difficultés d’accès dues aux travaux en cours, de mon insuffisante connaissance de la ville et de mes carences en accès au information de dernière minute, je crois que j’attendrai la prochaine saison pour éventuellement à nouveau faire le déplacement.

DSCF5496

Cette inclination est aussi certainement due à la fatigue de la semaine, riche en activités et en émotions. Vous l’avez peut-être remarqué sur la photo ci-dessus, Paradoxe/Encadrement II a fait sa première sortie. D’autres projets sur le thème avancent, parfois à des heures autrement sombres.

Un troisième projet de cette veine est en cours dont je ne vous ai encore rien montré, un quatrième en réflexion, tout sera prêt pour le 1er Juin, qui n’est pas si proche.

DSCF5491Je suis encore un peu perdue dans les dates, ou stressée par les événements, puisque j’ai déjà préparé les peintures au voyage pour Strasbourg qui n’aurai lieu que dans une dizaine de jours.

Vendredi s’est ouverte la nouvelle exposition de L’Eaufant à la médiathèque de Magalas, Elle ne s’achèvera que le 27 Juin. J’espère que d’ici là, de nouveaux temps de rencontre et d’activité s’organiseront.

Les autres sujets à émotions de la semaine me sont venus par le courrier, postal comme électronique. J’ai reçu un avis de ma sélection pour le Salon du dessin et de la peinture à l’eau. J’avais postulé, non seulement du fait de la mise en avant d’oeuvres sur papier, mais aussi parce que n’étant fait aucune mention d’un coût pour les artistes, je n’aurais imaginé qu’on me demanderait 280€ pour y participer, et ce pour seulement une oeuvre accrochée. D’ailleurs, dans le détail du tarif figurait « un droit d’accrochage ». Moi qui soutien plutôt le droit de représentation, cette disposition oubliée qui prévoit que les artistes visuels puissent être rétribués pour le seul fait de montrer leur travail, sans lien avec une vente éventuelle, j’en suis restée abasourdie. Et j’ai passé pas mal de temps à me questionner, comme à questionner autour de moi.

Aujourd’hui, je me sens plus calme à ce propos et sens mûrir en moi le courrier expliquant que je décline leur « invitation ».

L’autre nouvelle de la semaine a été un retour sur un texte proposé il y a plusieurs mois, dans un état que je considère comme brouillon. Le propos a suffisamment intéressé pour qu’on me demande d’y retravaillé, ce que j’ai fait de nombreuses heures durant en début de semaine. A l’heure où je prépare cette mise à jour, j’ai d’ailleurs déjà retourné une nouvelle mouture. Affaire à suivre.

Puisque mes soucis de connexion à internet sont loin d’être clos, je fais l’impasse sur d’autre nouvelles photos faute de reliquat de patience pour leur téléchargement…

Bonne semaine !

Les commentaires sont fermés.